Bouneschlupp : Le Luxembourg en hiver

Les soupes en hiver, c’est ce qu’on appellerait un must. Oui, mais les soupes luxembourgeoises ? De bons potages qui tiennent au corps ? Des plats faits avec les ingrédients du pays ? Avouez que les choses n’ont tout de suite pas la même saveur 😉

Au Luxembourg, il fait froid. Pour vous donner un ordre d’idée, j’écris ce billet en novembre, et il fait 2°C à l’extérieur. Autant dire que si on veut mettre le nez dehors, il vaut mieux se couvrir ! J’ai donc décidé de joindre l’utile à l’agréable en préparant une bonne soupe que je voulais préparer depuis longtemps ; la Bouneschlupp ! C’est un plat bien de chez nous, préparé régulièrement dans les familles (mon arrière-grand-tante en faisait tous les vendredi), et qui réchauffe quand il gèle.

Ce qui se cache derrière un nom aussi barbare ? (« schlupp » me fait personnellement penser à un gamin qui slurpe son potage, pas vous ?). La réponse, rien que des bonnes choses. Des haricots, un peu de lard pour donner du goût, des pommes de terre pour tenir au ventre, et du bouillon !

Vous l’aurez compris, c’est un potage paysan. En même temps, il ne faut pas oublier que le Luxembourg, avant d’accueillir des systèmes financiers, était avant tout une zone rural. La Bouneschlupp est donc un délice bien de chez lui !!

 

Rien de tel pour se réchauffer cet hiver 🙂


Pour 4 personnes
Temps nécessaire : 1 heure
Coût :

Matériel :

1 cocotte ou 1 grande casserole (avec un couvercle)
1 cuillère en bois ou une louche pour mélanger
1 couteau économe
1 couteau d’office
1 planche à découper

…c’est tout 🙂


Ingrédients :

250 grammes de haricots verts, frais ou surgelés (pas en conserve, ceux-là sont déjà cuits)
80 grammes de lardons
1 oignon
1 petit poireau
30 grammes de beurre
2 pommes de terre
1 L de bouillon de légumes (j’ai utilisé de l’instantané préparé dans une carafe à part)
1 clou de girofle
1 feuille de laurier (ou 1 cuillère à café de laurier haché vendu en grande surface)
quelques brins de sarriette (ou 1 cuillère à café de sarriette en poudre, au rayon épices de votre supermarché)
sel, poivre


Préparation :

  • Commencez en préparant votre bouillon. Comme je le disais ci-dessus, la solution la plus simple est d’utiliser du bouillon instantané. 1 ou 2 cubes de bouillon de légumes plongés dans une carafe d’eau chaude peuvent suffire. Ce n’est pas très traditionnel, mais c’est magique 🙂 (et bien meilleur marché)
  • Une fois votre bouillon prêt, laissez-le reposer un instant.
  • Épluchez et lavez vos haricots (s’ils sont frais, inutile s’ils sont surgelés).

C’est beau, c’est bon, c’est vert !

  • Une fois vos haricots propres (ou tout simplement sortis du congélateur), coupez-les en morceaux d’environ 2 cm de long (un haricot vert doit permettre de faire trois morceaux).
  • Les haricots sont coupés ? C’est super, on avance bien !! A présent, faites chauffer le beurre à feu doux dans la cocotte.
  • Alors que le beurre fond, épluchez votre oignon et le poireau (en n’oubliant pas de les laisser séjourner 10 minutes au réfrigérateur afin d’éviter de pleurer).
  • Découpez l’oignon et le poireau en petits dés, et déposez-les dans le beurre chaud. Rajoutez les lardons.
  • Il est également possible de se passer de beurre ; il suffit de faire revenir les lardons en premier, doucement, et d’attendre qu’ils perdent leur gras. Rajoutez ensuite l’oignon et le poireau.
  • Faites chauffer à feu doux (autrement le gras noircit, votre cocotte est gâchée, et en plus c’est toxique), afin de faire fondre le mélange. Remuez régulièrement pour éviter que ça n’attache.
  • Une fois le poireau et l’oignon cuits, rajoutez le bouillon et les haricots.

  • Épluchez la pomme de terre, et découpez-la en petits dés. Rajoutez-la au mélange.
  • Salez, poivrez, et rajoutez le laurier et la sarriette.
  • Remuez un peu, puis mettez le couvercle sur la préparation.
  • Laissez mijoter 20 minutes. Vous êtes libres de vous faire une manucure, faire une partie de poker (encore que ce serait un peu court), ou juste de vous poser devant la télé 🙂
  • Une fois les 20 minutes écoulées, goûtez. Les haricots doivent être bien cuits, sans être trop mous. Le bouillon est très clair, et l’odeur délicieusement parfumée.

Alors régalez-vous 🙂

    Si vous désirez une consistance plus crémeuse, vous pouvez faire un roux au début de la préparation beurre fondu et farine). Je n’ai pas fait ce choix cette fois-ci, mais je testerai la prochaine fois ! Des variantes existent également avec des morceaux de zossiss, forme de saucisson local, très parfumé et délicieux.
    Et comme il a neigé hier au Luxembourg des flocons gros comme des pois, aucune excuse pour ne pas y goûter !!

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    décembre 2, 2017

    Étiquettes : , , ,
    • Merci de ton commentaire Gabrielle !!
      Tu as tout à fait raison ; la Bouneschlupp est excellente, et ça réchauffe bien !!
      En fait, le nom est un peu à l’image de la langue luxembourgeoise ; au premier abord, ce sont des sons très bizarres qui sonnent comme du patois franco-allemand. Mais si on gratte un peu, on s’aperçoit que c’est beaucoup plus intéressant^^

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *