Marguerite aux pommes

 

Mon arrière-grand-mère qualifiait cette recette de « tarte ». Honnêtement, je ne vois pas trop où est la tarte là-dedans. C’est pour moi davantage un gâteau, un petit dessert facile à préparer et qui plaira à toute la famille !

Comme la plupart des recettes de nos grand-mères, c’est un plat vraiment facile à faire. Inutile de se casser la tête en changeant la température en cours de cuisson ou en préparant un sucre particulier au nom barbare. Si vous êtes au régime, c’est même un plat sain : il n’y a pas de beurre pour graisser la préparation outre mesure, et comme il s’agit d’une pâtisserie, une petite quantité suffit. Et devinez quoi ? C’est délicieux 😉


Pour 8 personnes (ou 6 gros mangeurs)
Temps nécessaire : 20 minutes + 30 minutes de cuisson
Prix :

Matériel :

2 terrines, dont 1 en métal (1 pour la préparation elle-même et 1 pour monter les blancs en neige)
1 fouet électrique
1 moule à manqué de 21 centimètres de diamètre
1 cuillère en bois
1 balance de cuisine ou 1 verre doseur


Ingrédients :

3 œufs
180 grammes de farine
240 grammes de sucre en poudre ou sucre cristal
5 cuillères à soupe de lait
2 cuillères à soupe de cognac (remplaçable par du lait si vous avez des enfants, mais le gâteau manquera d’un arrière-goût fort sympathique)
2 pommes (de préférence acides, de type Granny Smith)

Comme promis, pas de beurre 🙂


Préparation :

  • Préchauffez votre four à 180°C en chaleur tournante (je n’ai pas essayé en four traditionnel, mais je dirais 190°C le cas échéant).
  • Beurrez et farinez votre moule. (bon, honnêtement, ça peut se faire à n’importe quelle étape de la préparation, y compris juste avant de verser. Mais qui a envie de se coltiner le graissage alors qu’on n’attend que de pouvoir enfourner ? Personne, on est d’accord 🙂 Mieux vaut faire le plus pénible en premier…quand on le peut !)
  • Mélangez la farine et le sucre de façon homogène (si vous n’avez qu’une seule terrine en métal, ne la prenez pas pour cette étape ; le montage des blancs est beaucoup plus confortable dans de l’inox).
  • Ajoutez le lait et le rhum. Mélangez bien. La pâte doit être extrêmement compacte, et assez difficile à remuer. Ne vous inquiétez pas si vous avez des grumeaux, le mélange deviendra plus homogène en rajoutant les jaunes d’œufs. L’important est qu’il n’y ait pas de paquets avant d’incorporer les blancs !
  • Séparez les blancs des jaunes. Réservez les blancs dans votre terrine en métal.
  • Incorporez les jaunes à la préparation. Le mélange doit être assez pâteux, mais doit normalement pouvoir se mélanger sans problème. Si vous trouvez la préparation trop compacte, rajoutez une cuillère à soupe de cognac (mais une seule ! l’avantage du cognac est qu’il donne un arrière-goût très agréable, plus subtil que le rhum qui est à mon sens un peu plus brute de décoffrage (et pas de sarcophage comme a dit une fois Cristina Cordula). Le tout est donc de ne pas surcharger le parfum !). Il ne doit pas y avoir de grumeaux (s’il y en a quand même, c’est le moment de faire péter le mixer. Après il sera trop tard).
  • Montez vos blancs en neige ferme. On n’oublie pas le bec d’oiseau !!
  • Une fois les blancs montés, rajoutez-les d’un seul coup à votre préparation et incorporez-les doucement, dans un mouvement d’enveloppement pour ne pas les casser (autrement dit, vous les entourez petit à petit de votre pâte aux jaunes – vidéo ici sur la chaîne de Delphine Ycres).
  • Une fois les blancs parfaitement incorporés, versez la pâte dans le moule à manqué. C’est maintenant le moment de s’occuper des pommes ! (vous ne pensiez tout de même pas que j’allais les oublier ?!)
  • Pelez vos 2 pommes et découpez-les en quartiers. N’oubliez pas de vider les pépins.
  • Une fois vos quartiers découpés, tranchez-les en lamelles aussi fines que possible (je sais, la dernière est toujours un peu plus difficile à faire, mais c’est pour la bonne cause !).
  • Disposez vos lamelles en cercle en les plantant à moitié dans votre pâte, chaque lamelle superposant à moitié celle de derrière (comme une tarte aux pommes classique).
  • N’hésitez pas à combler les trous avec vos morceaux les plus petits. Pour finir, disposez quatre morceaux à la verticale dans l’espace central.
  • Enfournez votre gâteau pendant quarante minutes.
  • Une fois la cuisson achevée, plantez la pointe d’un couteau dans votre gâteau. Si celle-ci ressort sèche, ôtez le gâteau du four et laissez refroidir avant de démouler. Si la pointe est humide, remettez au four à même température pendant 5 minutes puis réessayez.
  • Laissez refroidir avant de déguster.

Le gâteau se conserve trois jours au réfrigérateur, et il voyage assez bien (enfin ça c’est si vous réussissez à ne pas le dévorer pendant le trajet !!). Ma famille a adoré !!

Lors de la dernière fête des pères, Télématin a proposé une recette très ressemblante. La preuve que c’est du bon 😉

Et vous, comment aimez-vous déguster les pommes ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
août 6, 2017

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *