Crème Napolitaine

 

Encore un plat de mon arrière grand-mère… Et si certains de son cahier (pour avoir toute l’histoire, regardez ici) se trouvent déjà sur internet, celui-ci est totalement inconnu au bataillon. C’est un délicieux petit dessert qu’elle tenait elle-même d’une certaine Mme Degand (si votre ancêtre portait ce nom et habitait à Lyon dans les années 50, faites-moi signe qu’on en parle).

Elle a tout pour plaire : légère, facile à faire, rapide, une multitude de goûts possibles… Alors, existe-t-elle sous un autre nom ou a-t-elle simplement été oubliée ? Je vois parfois apparaître la crème vénitienne, sur internet ou dans mes grimoires. Même pays, même principe… Je ne peux jurer que c’est la même, mais au moins, elles sont cousines 🙂

Un véritable velours !


Pour 6 gourmands
Préparation : 15 minutes
Coût :

Matériel :

1 fouet électrique pour battre les blancs en neige
1 cuillère à soupe
2 terrines (dont 1 en métal pour battre les blancs)
1 casserole
4 ou 6 petits bols pour la présentation (ça dépend de la taille de vos bols et de la dose que vous mettez – vous pouvez aussi prendre 6 tasses à expresso pour une présentation originale. Tout italien !)


Ingrédients :

3 œufs
6 cuillères à soupe de sucre
2 cuillères à soupe (bombées) de farine
1/2 L de lait
parfum (j’ai utilisé 1 cuillère à soupe d’arôme vanille et 2 cuillères à soupe de rhum, mais c’est selon le goût ; vous pouvez mettre du cacao, de la cannelle, des fruits confits, de la praline, etc.)


Préparation :

  • Mettez le lait à bouillir à feu doux avec le parfum choisi.
  • Si vous utilisez du chocolat pâtissier, comptez environ 60 grammes. Faites-le fondre séparément au bain-marie, puis versez un peu de lait tiède dessus, mélangez-bien, et rajoutez cette préparation au reste de lait.
  • ATTENTION : si vous ne voulez rajouter que de l’alcool, ne le faites pas maintenant. Il risque de perdre son goût. Introduisez-le lorsque la crème épaissit, donc avant l’introduction des blancs montés. Idem pour les fruits confits.
  • Séparez les blancs des jaunes. Veillez à mettre les blancs dans la terrine métallique (vous ne serez pas damnés si vous faites le contraire, mais si votre seconde terrine est en porcelaine – ce qui a été mon cas – elle risque de souffrir du passage du fouet).
  • Réservez les blancs (ils peuvent aller au frigo, mais puisqu’ils ne vont pas attendre beaucoup, ce n’est pas essentiel).
  • Rajoutez le sucre aux jaunes. Mélangez vigoureusement jusqu’à ce que la préparation blanchisse. Une fois le mélange homogène, rajoutez la farine et mélangez encore (avec énergie ! Du nerf, Mesdames Messieurs, du nerf ! C’est pour éviter les grumeaux, c’est pour la bonne cause !).
  • Une fois le lait bouilli (ou très très tiède), versez-le petit à petit sur le mélange jaunes/sucre/farine.
  • Mélangez régulièrement pour éviter les grumeaux (avec douceur cette fois-ci, à moins que votre terrine soit assez profonde pour éviter d’en mettre la moitié à côté).
  • Une fois le lait entièrement introduit dans le mélange, remettez celui-ci dans la casserole et faites chauffer à feu doux.
  • Remuez régulièrement (devinez pourquoi ? Bingo, pour éviter les grumeaux ! Et que votre préparation attache, accessoirement)

Si vous voulez mettre de l’alcool dans votre crème, c’est le moment !

  • Retirez du feu au premier bouillon.
  • Transvasez alors dans votre première terrine (celle de la préparation aux jaunes ;  c’est facultatif, mais le mélange refroidit mieux lorsqu’il est dans un plat large – où il peut donc s’étaler – et froid, ce qui n’est pas le cas de votre casserole).
  • Mettez au frais en remuant de temps en temps pour éviter la formation d’une peau (vous pouvez aussi filmer au contact, c’est à dire en déposant un film de plastique alimentaire directement sur la crème).
  • Pendant que votre crème refroidit, montez les blancs en neige ferme (le mieux, c’est d’avoir le bec d’oiseau).
  •  

 

  • Votre crème aux jaunes d’œufs doit (au moins) être tiède pour pouvoir y  introduire les blancs. Si elle est encore trop chaude, réservez les blancs au réfrigérateur et attendez.
  • Une fois que la crème aux œufs est prête, introduisez délicatement les blancs en neige (si c’est pour vous mission impossible, cette vidéo est pas mal à partir de 1:06).
  • C’est le moment de mettre les fruits confits si vous le désirez !!! (et d’en grignoter un ou deux au passage – vous cuisinez, alors vous avez le droit).
  • Versez dans vos petits bols pour la présentation (et une fois que c’est fait, demandez à votre mari/enfant/vous-même de lécher la terrine :p on l’a toutes fait, avouez-le 😉 )
  • Réfrigérez 30 minutes minimum (c’est mieux de le faire au moins 1 heure, mais j’étais un peu pressée).
  • Dégustez !!
  • Vous pouvez servir avec des langues de chat, des biscuits à la cuillère, petits beurres, sablés… Et pour une présentation originale, vous pouvez verser la crème dans des tasses à café avant de réfrigérer.

En été, en hiver, au goûter, en dessert… Pas d’excuse pour ne pas y goûter !

Dites en commentaire quelle est votre crème préférée !

Rendez-vous sur Hellocoton !
August 6, 2017

Tags: ,
  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *