Confiture d’abricots

Ah, les confitures… Qui n’a jamais eu une grand-mère qui en préparait patiemment ? C’est tellement meilleur que ce qu’on peut trouver dans le commerce… La mienne faisait de la rhubarbe. Elisabeth, ma bisaïeule, adorait apparemment l’abricot ! Cette recette se trouvait dans son cahier, et pour une fois, je n’ai pas eu à en changer une virgule !

En quoi est-elle intéressante ? Parce qu’elle est 100% naturelle, et surtout, ce sont de petites doses ! Inutile d’acheter des kilos de sucre et d’abricots pour cette recette. Si vous vivez seul(e) ou à deux, quelques pots suffisent. Surtout que, personnellement, j’adore changer !


Pour 2 pots (taille pots de confiture Bonne-Maman)
Temps nécessaire : 2 jours
Coût :

Matériel nécessaire

2 pots à confiture (+ 1 petit, normalement)
stérilisateur (ou regardez ici pour le faire à la casserole)
des torchons propres (pour la stérilisation)
1 terrine
1 casserole


Ingrédients

750 grammes d’abricots
550 grammes de sucre


Jour 1

  • Lavez les abricots, dénoyautez, et pesez (il va de soi que les 750 grammes d’abricots valent sur le poids sans les noyaux, mais dans le doute, il vaut mieux préciser^^).
  • Coupez les abricots en morceaux grossiers et mettez-les dans la terrine.
  • Versez le sucre par-dessus, couvrez d’un torchon, et laissez reposez 24 heures en remuant de temps en temps, le sucre non dissous ayant tendance à tomber au fond (vous pouvez vous en abstenir au milieu de la nuit, mais si vous êtes insomniaques, allez-y !).


Jour 2

  • Les abricots ont maintenant macéré avec le sucre. Le mélange devrait être liquide et encore contenir de gros morceaux (la peau est notamment très visible).
  • Versez les abricots macérés dans une casserole, et faites cuire à feu très doux pendant 30 minutes. Surveillez.
  • Vous pouvez commencer la stérilisation des bocaux à la casserole à la fin de cette étape.
  • Lorsque le mélange abricots/sucre commence à bouillir, montez légèrement le feu et laissez cuire à gros bouillons pendant 15 minutes. Remuez régulièrement, ou la confiture risque d’attacher.
  • N’hésitez pas à baisser le feu par moments, quitte à le remonter ensuite. La confiture chaude n’est pas aussi brûlante que le caramel, mais elle gicle !
  • Les morceaux vont se dissoudre tout seuls. Au bout des 15 minutes, la confiture sent délicieusement bon.
  • Remplissez les bocaux lorsque la confiture est cuite (elle doit ressembler à celles du commerce. Pas de panique si ça n’arrive pas tout de suite, c’est arrivé pour moi à la toute fin de la cuisson).
  • Dégustez !

Pour une confiture qui ne ressemble à aucune autre, vous pouvez ouvrir les noyaux au début de la préparation, et ajouter l’amande qui est à l’intérieur pendant la cuisson. Je n’ai jamais essayé, mais je sais de source sûre (ma famille, qui a testé) que c’est un délice.

Et vous, quelle est votre confiture préférée ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

août 6, 2017

Étiquettes : ,
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *